Je suis intervenue pour m’en réjouir

Share

 

Mardi 19 mars 2018

« En janvier 2017, les conseillers métropolitains approuvaient à la majorité le budget 2017 en indiquant que le taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères ne changerait pas malgré un excédent de près de 46 millions d’euros.

Or le jugement du tribunal du 29 janvier 2015, confirmé par une jurisprudence du Conseil d’État, stipule bien que « cette taxe a exclusivement pour objet de couvrir les dépenses exposées par la commune pour assurer l’enlèvement et le traitement des ordures ménagères et  non  couvertes  par  des  recettes  non fiscales ; qu’il en résulte que le produit de cette taxe et, par voie de conséquence, son taux, ne doivent  pas  être  manifestement  disproportionnés  par  rapport  au  montant  de  ces  dépenses »,

« Si, pour le vote des taux 2014 annulés par ce jugement, on pouvait leur accorder un sursis, car ils ne savaient pas …en acceptant implicitement en 2017 des taux générant un excédent de 54% des dépenses à couvrir, nos conseillers métropolitains ont à nouveau enfreint la législation en vigueur et n’ont donc plus aucune excuse ».

Voilà ce que l’on peut lire sur le site de l’association CANOL : l'association des contribuables lyonnais.

Donc en 2017, malgré leur connaissance du dossier, enfin je suppose (car il était difficile pour un élu d’ignorer cette situation largement commentée par la presse locale et nationale), nos élus ont suivi Gérard Collomb et n’ont pas révisé la taxe, ni s’y sont opposés.

Ce lundi, comme nous l’avons relaté, les élus métropolitains ont voté une baisse du taux d’enlèvement des ordures ménagères.

Sur Facebook, un support bien connu de communication, Muriel Lecerf conseillère métropolitaine précise « Je suis intervenue pour m’en réjouir au nom de mon groupe socialistes et républicains métropolitains, mais aussi pour les groupes PRG, centre démocrate et Lyon Métropole Gauche Solidaire »

tout comme David Kimelfeld, Muriel Lecerf se réjouit de cette baisse, mais pourtant cela fait plusieurs années que CANOL démontre l’illégalité de cette taxe et se bat contre les élus pour la faire baisser. Pourquoi n’ont-ils soutenu la démarche de CANOL et respecté la décision de justice ?

Je n’aime pas cette manière de faire de la politique, je trouve que c’est se moquer des habitants. Si le président de la métropole avait décidé de reconduire cette taxe au taux actuel, qu’aurait fait Muriel Lecerf membre du même groupe politique que David Kimelfeld le président de la métropole ?

Mais ce qui est plus surprenant, c’est la réaction au post de Muriel Lecerf sur Facebook.

On ne peut pas dire que c’est l’amour qui règne entre les socialistes Rhône Alpes.  

Il existe un groupe Socialistes et Républicains Métropolitains et un groupe Socialistes et Apparentés

Il semblerait a entendre Marc Cachard du groupe socialiste et apparentés qu’il y ait des vrais socialistes et des faux socialistes. Et pour un Marc Cachard très en verves l’ambigüité du groupe socialistes et républicains, mélange de macronistes, de pseudo socialistes et d’opportunistes, le tout conduit par Anne Brugnera passe mal. Ce n’est pas « sa came »

Et d’échanger avec Stéphane Gomez pour qui le vrai groupe socialiste est celui qui est composé de plus de membres.

Et Issam Benzeghiba conseiller municipal PS d’opposition à Meyzieu de jouer les médiateurs : « Si l’on pouvait éviter d’échanger ce genre de post ce serait bien pour tout le monde je pense. Je ne crois pas que FB soit l’endroit idéal pour ce genre de discussion ».

Le linge sale ne se lave pas en public c’est bien connu. En tous cas cela donne une bonne image de l’ambiance qui règle entre socialistes au sujet des macronistes. Il y a ceux qui les trouvent infréquentables et ceux qui souhaitent composer. Nos élus vaudais appartiennent au second groupe.   

Une question mérite d’être posée : les socialistes sont-ils de gauche ? Messieurs à vos claviers,  je suis curieux d’avoir votre avis.

Thomas Petragallo