Il n’y a jamais de non qui veulent dire oui

Share

 

Samedi 3 mars 2018

Le 8 mars célèbre traditionnellement la journée internationale des femmes. Depuis le passage de l’ouragan Harvey Weinstein la parole s’est libérée entrainant avec elle un flot continu de révélations, flot qui se déverse au quotidien, car il n’y a pas un jour sans révélations d’harcèlement sexuel. Et les scandales se multiplient, aucun domaine n’est épargné. Politique, Humanitaire, cinéma, entreprises. La culture du silence qui jusqu'à présent était une règle plus ou moins implicite laisse la place à la tolérance zéro. Par exemple, l’unesco vient de mettre fin aux fonctions de son numéro 3 visé par des accusations de harcèlement sexuel. C’est souvent dans les arcanes du pouvoir que se trament les actes les plus douteux. Nous avons eu le cas au sein de la municipalité il y a environ deux ans.

Dans la rue un rapport propose une amende pour « outrage sexiste et sexuel ». Elle viendrait sanctionner à hauteur de 90 euros « tout propos ou comportement ou pression à caractère sexiste ou sexuel » qui porte atteinte à la dignité de la personne en raison de son caractère « dégradant ou humiliant » ou qui crée une « situation intimidante, hostile ou offensante ».Les cinq élus LRM, UDIMoDem et Nouvelle Gauche entendent ainsi s’attaquer à la « zone grise » qui comprend « les gestes déplacés, les sifflements, les regards insistants ou remarques obscènes » ou encore le fait de suivre une personne. En optant pour une contravention, le dispositif s’affranchirait de la nécessité d’un dépôt de plainte et, à l’image de ce qui se fait pour d’autres incivilités sur la voie publique, permettrait des verbalisations en flagrance.

Cependant, il n’y a pas que les faits de harcèlement sexuel ou à caractères sexistes. En 2016 encore, une femme est morte tous les 3 jours du fait de la violence de son partenaire ou ex-partenaire. Dans les médias nous pouvions lire ce matin : Vaulx-en-Velin, le mari séquestre sa femme et la tabasse à coups de chauffage électrique et d’une barre de fer. Un récidiviste. Il a nié les faits et a écopé de 24 mois de prison dont 6 avec sursis, il a été écroué dans la foulée.

Se pose également le problème des religions à égard des femmes. Nous ne pouvons nous empêcher  de nous demander où se trouve la limite entre le "prosélytisme" et le "harcèlement religieux".   Lorsque le gouvernement va poser « Peut-être » les nouvelles briques de la laïcité,  «condamner un comportement qui contraindrait des citoyens à se convertir ou à avoir dans la vie de tous les jours un comportement qu'ils n'auraient pas eu de manière naturelle » est un point à aborder.  Il faut rester vigilant envers ceux qui tentent de manipuler ou harceler l’autre sous couvert de bonnes intentions.

Le 21 avril 1944, le droit de vote est accordé aux femmes en France par une ordonnance (après un amendement du communiste Fernand Grenier) du Comité français de la Libération nationale, signée par Charles de Gaulle.  Ce n’est pas si loin que cela et il reste encore du chemin à faire dans le cadre de l’égalité homme femme bien que ces dernières années nous pouvons observer que la prise de conscience est plus importante.  Égalité salariale, mais également égalité dans l’accès aux postes à responsabilité. À niveau de diplôme comparable, on ne confie pas les mêmes responsabilités aux femmes qu’aux hommes.

À Vaulx-en-Velin, les Droits des femmes sont une priorité. Une de plus, car finalement tout semble être une priorité. Le 16 avril 2016 sur le site de la ville, Taratata avait ajouté en commentaire « A MOURIR DE RIRE ... ». Est-ce que les faits lui donnent raison ? C’est une grande question, car à part des événements ponctuels dans le cadre du 8 mars nous avons du mal à percevoir la politique municipale dans ce domaine. À la suite des différents articles ou reportages sur le fait que des femmes deviennent indésirables dans les lieux publics, nous avions pu lire dans le journal municipal une action consistant à regrouper des femmes pour faire le tour des commerces dans le quartier du Mas, mais apparemment la démarche à été reportée à une date encore à définir.

Si le cap semble maintenant accepté par tous, il reste cependant encore du chemin à faire pour lutter contre les discriminations. Toutes les discriminations.