Le joint commence à faire un tabac

Share

 

Jeudi 8 mars 2018

C’est aujourd’hui la journée internationale des droits de la femme et pour marquer l’événement quelques idées saugrenues ont germé dans les têtes de certains. Par exemple, pour lutter contre les discriminations faites aux femmes. Une initiative locale de la SNCF prévoyait de distribuer des chocolats aux femmes dans les TGV Paris-Lyon….mais uniquement dans les premières classes.

Mais ce qui a retenu notre attention aujourd’hui concerne le fait que bien souvent dans des accidents de la route, les conducteurs impliqués présentent un taux élevé d’alcool dans le sang soit des traces de cannabis, voire les deux. Et que d’autre part, de plus en plus de jeunes délaissent le tabac pour le cannabis "moins cher et presque aussi facile à trouver en pratique" et perçu comme "un produit naturel, bio, moins chimique". 

L’herbe de cannabis a une image positive et "dédramatisée" auprès des adolescents, selon une étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies.  L'initiation au cannabis est vécue comme une expérience positive, contrairement à la première cigarette. Une dénormalisation qui s’accélère avec la hausse du prix du tabac qui a franchi un premier palier au 1er mars et devrait continuer à augmenter jusqu'au palier symbolique de 10 euros le paquet. Et le malheur des uns (les cigarettiers) fait le bonheur des autres (ANRS). En effet l’association nationale des revendeurs de stupéfiants s’est dite très satisfaite. « Cela favorisera le commerce du cannabis et incitera les jeunes à mettre moins de tabac dans leurs préparations » s’est félicité Louis Stonaide. D’autant que l’annonce par le gouvernement de la mise en place d'une contravention simple pour usage de drogue équivaut aussi à une dépénalisation en bonne et due forme.

Il ne faut pas sous-estimer la nocivité du cannabis sur l’organisme et la santé. L’appareil respiratoire est doublement exposé aux risques physiques : les émanations toxiques du goudron contenu dans le tabac, mais aussi au goudron contenu dans le cannabis en combustion font double emploi et attaque donc sévèrement le système respiratoire. La consommation régulière et avancée de ces produits peut engendrer l’apparition d’un cancer précoce des poumons. Ces risques sont d’autant plus forts si l’on consomme le cannabis dans certaines conditions d’inhalation intense (douille, bang, pipe…)

Sur le long terme, apparaissent progressivement, des difficultés de concentration, des problèmes scolaires, une baisse de la motivation ainsi qu’un isolement social. Le peut-être aussi l’élément déclencheur de maladies bien plus graves chez des sujets prédisposés (schizophrénie ou paranoïa par exemple).