Papy Banquet

Share

 

Mardi 18 juin 2019

Un élu campant devant un buffet se remplit l’estomac. Dans sa tête résonnent quelques mots d’une chanson de Leo Ferré. « C’est extra, c’est extra… » Se dit-il avalant goulument tel un mort de faim tout ce qui passe à sa portée.

Son appétit n’a apparemment pas de limites, sublimé par l’étendue des victuailles disposées devant lui. La fonction d’élu n’a pas que de mauvais cotés se dit-il et en plus c’est gratuit ce qui n’enlève rien à l’affaire !

Le sel et le sucre sont des ennemis nous bassinent les nutritionnistes à longueur de journée. Mais fuir devant l’ennemi c’est faire preuve de lâcheté et le soldat qui se dévoue pour le peuple n’a pas peur de mourir. D’ailleurs, dilué avec un petit verre de vin rouge « C’est extra, c’est extra… 

Il faut dire que la municipalité n’hésite jamais à mettre les petits plats dans les grands assurant souvent aux participants une prestation de qualité. Et les occasions ne manquent pas, il y a toutes les semaines un petit quelque chose à fêter. Entre commémorations et inaugurations sur ce plan-là, nous ne devons pas être loin du record. Qu’importe si les habitants ne viennent pas. L’important n’est pas là.

Et c’est tellement bon que j’ai toujours avec moi un petit cornet, histoire de récolter quelques échantillons que je pourrais déguster plus tard en toute tranquillité !!!

Alors que notre élu s’empiffre dans un mécanisme parfaitement rodé par l’expérience, la bouche pleine, déjà la main s’avance vers le petit four que le cerveau a repéré, un collègue l’interpelle. Même dans l’opposition un élu reste un collègue.

N’avale pas trop vite l’ami tu vas t’étouffer. Vu le nombre d’occasions de commémorer ce que tu n’auras pas pris aujourd’hui tu l’auras demain.

Au fait, je tiens à te féliciter pour le courage dont tu as fait preuve lors de la délibération licenciant des membres du personnel municipal. Apparemment tes principes sont tombés à l’eau. Le socialisme a des vertus qui frisent le vertige hallucinatoire. Une ligne tendue avec un gros hameçon qui réussit pourtant à prendre du poisson et pas seulement des perdreaux de l’année, il faut être sacrément imprégné pour se jeter dessus.

Avoir tant vécu pour arriver à baisser son froc comme le premier jouvenceau laisse rêveur. Celui qui voulait changer le monde et qui proclamait ne pas vouloirs être trompé par les pseudos candidatures de gauche en se présentant à des élections législatives peut lever les bras au ciel. De quoi as-tu peur ?

De perdre ma délégation. Fondamentalement je ne suis pas d’accord avec cette décision que j’ai d’ailleurs apprise par la presse alors que je suis potentiellement concerné. Le licencié que je côtoie faisait très bien son travail et apportait des idées ce qui est à souligner. Mais que voulais-tu que je fasse je n’allais quand même pas démissionner et perdre mes avantages.

Si je votais contre le choix de notre maitre à tous, je me serais retrouvé dans un cul de basse fosse et j’aurais perdu ma délégation. C’est que j’y tiens moi à cette fonction. Je suis quelqu’un. On m’interpelle en donnant du monsieur.

Cela eut été pourtant plus honorable de démissionner que de baisser la tête comme tu l’as fait. Heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon l’exécutif municipal serait en pénurie. Il n’y en a pas un pour racheter l’autre. À vous entendre avant les élections parler de justice et de transparence, cela frise l’indécence.

En entendant la conversation et sa tournure, un camarade de l’exécutif lève la tête en sifflotant, tout en entamant une marche arrière. Mal lui en prit cependant. Rien ne vaut jouer au merle siffleur pour se faire remarquer.

Alors monsieur Ducommerce .. On se carapate !! La vérité est-elle si dure à entendre ?  L’esprit de gauche c’est un peu comme l’esprit de Noël, tout est fait pour faire croire que cela existe, mais serait-ce un mythe ? Félicitation pour cette prise de position qui doit être d’un vrai réconfort moral. Tu as oublié, semble-t-il, ce qui est vraiment important. Est-ce que tu te rends compte de la portée de ton acte ? Et en plus même pas légal puis qu’il a fallu les réintégrer. Si le fond de vérité était des difficultés financières au sein de la municipalité je pourrais comprendre qu’il soit nécessaire de faire des choix, mais tu sais bien que ce n’est pas le cas. Fais le tour des services et regarde s’il n’y a pas quelques recrues qui te poseraient un problème de conscience ? Du genre recrutement préférentiel ou recasage de quelques camarades en perdition. Vous avez une facilité à traiter les autres d’incompétents, comme si vous vous imaginez avoir quelques talents. D’ailleurs dans ton domaine tu es loin d’être une pointure. Dans tes actions l’après n’a rien à envier à l’avant.

L’élu blêmit et fait un gros effort pour rester stoïque. Tu ne voudrais pas que je démissionne !

À toi d’en tirer les conséquences. Est-ce plus important de rester conseiller municipal que de perdre son âme ? Il existe surement la citation d’un grand homme pour montrer le chemin à prendre puisqu’apparemment à chaque action il vous faut un éclairage. N’est pas Mandela qui veut, la ou certains sont capables abnégation d’autres font dans leur caleçon.

Il parait qu’en politique il faut avoir du courage, mais tout n’est en finalité que facétie. Que ne ferait-on pas pour garder son poste.

Si les Français perdent confiance dans leurs élus et se tournent vers les extrêmes il y a surement des raisons.

Regarde le l’autre s’empiffrer comme un mort de faim. Si La Fontaine était encore de ce monde, il en aurait surement fait une fable.

 

« Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

 

Thomas Petragallo