Centres sociaux, rien n’avance

Share

 Samedi 9 février 201 

Au mois d’avril 2018, MédiaVaulx lançait un signal d’alarme sur le sujet des centres sociaux. Depuis rien ne semble avoir changé, les mêmes causes produisent les mêmes problèmes. Régulièrement un des centres est en grève, jeudi dernier ce fût le cas du centre social Georges Levy. « Qu’on nous donne les moyens de travailler, un directeur et un comptable, souffrance au travail, de la considération et de l’écoute » 

Le même constat était fait au centre social du grand vire il y a quelques mois.

http://www.mediavaulx.fr/index.php/14-vie-sociale-vaulx/1781-centres-sociaux-la-valse-des-directeurs

Au lieu de s’atteler à résoudre les problèmes des centres existants, qui assurent un rôle très important dans une ville comme la nôtre, la municipalité va créer un nouveau centre social au cœur de la médiathèque maison de quartier qui va finir par être tout sauf une médiathèque.

Et la polémique enfle sur les réseaux sociaux au sujet de leur fonctionnement. « Une monarchie s’est installée sournoisement ». Apparemment un petit groupe ferait la pluie et le beau temps, manquant de respect aux acteurs sociaux et faisant en sorte que directeurs et autres ne restent pas puisque le navire est ingouvernable.

Ce n’est pas nouveau, cela fait quelques années que cela dure et apparemment ni le conseil d’administration, ni la municipalité n’ont la volonté de faire bouger les lignes. C’est beaucoup plus facile d’empêcher un membre du conseil d’administration de participer aux réunions que de résoudre les problèmes.

Quant au rôle que jouerait la municipalité sur les centres sociaux, il y a bien sûr la participation au financement, mais, quand on connait la politique vaudaise et les habitudes des partis politiques de l’ancien monde il serait tentant par habitude électoraliste de plus ou moins les piloter.

Sur les réseaux sociaux, Muriel Lecerf, la cheffe de section socialiste vaudaise s’indigne de cette suspicion. Bien que la présidente du centre social soit une proche des socialistes et de surcroit employée municipale, il ne faut pas faire d’amalgame!

Personne ne peut nier que ce sont des pratiques qui ont existé. C’était l’Ancien Monde. Et que dans le Nouveau Monde qui finalement n’est pas si différent de l’ancien,  la tentation est forte de les reproduire. La politique a l’art de pervertir et la crédibilité des citoyens s’amenuise.

L’important c'est maintenant les mesures qui doivent être prises pour que le centre Lévy fonctionne correctement, pour le bien des salariés et des usagers.

Thomas Petragallo.