Stop à l’utilisation des glyphosates.

Share

 

Lundi 4 novembre 2019

Après la condamnation de Monsanto par la justice américaine, le parti écologiste EELV a intenté une action devant le tribunal administratif contre les autorisations de mises sur le marché de ces produits, en réclamant le réexamen en urgence de la dangerosité du glyphosate par l'agence de sécurité sanitaire (Anses). 

"Suite à la récente condamnation de Monsanto par la justice californienne, sur la base de documents internes de la société montrant qu'elle était consciente du caractère cancérigène du Roundup et avait cherché à le dissimuler, EELV entend contester en urgence en justice la légalité des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate produits par la société Monsanto", indique le parti dans un communiqué. 

 Pour rappel, un tribunal de San Francisco a condamné le groupe à verser 289 millions de dollars à un jardinier américain atteint d'un cancer. Il est notamment accusé de ne pas l'avoir informé de la dangerosité de son herbicide au glyphosate, jugé responsable de sa maladie. 

Si cette décision américaine ne constitue pas une jurisprudence pour la France, la défaite juridique de Monsanto est une première et vient constituer un nouvel élément dans le dossier du glyphosate : Monsanto est conscient depuis les années 1980 des effets sur la santé du glyphosate depuis le milieu des années 80 comme en témoignent les actes du procès.

« Les autorités sanitaires se prononçant pour l’essentiel sur la foi des tests et évaluations fournis par le producteur, et ignorant les possibles effets cocktails avec d’autres molécules et adjuvants, il y a lieu pour EELV d’appliquer le principe de précaution pour éviter des conséquences imprévisibles et irréversibles ».

"Nous souhaitons une suspension en urgence pour les particuliers car on ne peut pas tolérer l'utilisation de produits dangereux. Pour les professionnels, l'agriculture est trop dépendante du glyphosate pour une suspension immédiate", a expliqué un porte-parole d'EELV. Le parti écologique demande donc des aides pour que les agriculteurs puissent se passer du produit. 

 Le gouvernement avait qualifié d'"historique" la décision du tribunal américain, qui selon le ministère de la Transition écologique confirme la décision "pionnière" d'Emmanuel Macron d'interdire le glyphosate en 2021.  "Le gouvernement doit aller jusqu'au bout du retrait du glyphosate", a conclu EELV. 

Demain en audience à Lyon , EELV contestera en justice l’autorisation de mise sur le marché du produit phare de Monsanto, le Roundup 720.

RDV à 9h devant le tribunal administratif, 184 Rue Duguesclin, 69003 Lyon.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux seront sur place, accompagné-es de Grégory Doucet, tête de liste écologiste à Lyon et Bruno Bernard, tête de liste pour la métropole de Lyon.

Thomas Petragallo