Encore un accident ou le chauffeur prend la fuite

Mardi 27 octobre 2015

Décidément la chaussée à hauteur du n°11 de l’avenue  Eugène-Hénaff à Vaulx-en-Velin est un secteur dangereux.

Lire la suite : Encore un accident ou le chauffeur prend la fuite

Les dangers en deux roues

Vendredi 23 octobre 2015

Un accident qui aurait pu être autrement plus dramatique a eu lieu vers 18h15 rue Paul Marcelin à hauteur du stade Jomard dans le sens entrée sur Vaulx-en-Velin.

Lire la suite : Les dangers en deux roues

Vaulx-en-Velin pas encore mure pour le vélo ?

Dimanche 30 août 2015

Rapide et efficace : Jusqu’à 5 km, le vélo est le mode de déplacement le plus rapide et il supprime les problèmes de stationnement. 

Lire la suite : Vaulx-en-Velin pas encore mure pour le vélo ?

LEA travail de nuit dès lundi

Dimanche 1er mars 2015

Dès lundi, des travaux de nuit supervisés par le Sytral démarrent sur la ligne T3 (Part-Dieu-Vilette/Meyzieux-les-Panettes ) pour mettre à niveau les 28 intersections possédant des barrières automatiques.

Lire la suite : LEA travail de nuit dès lundi

Election du président du SYTRAL :

Mardi 3 juin 2014

Bernard Rivalta, président socialiste du Sytral, l’autorité directrice des transports en commun lyonnais a été réélu à cette fonction par 21 voix en sa faveur sur 27 votants.

Lire la suite : Election du président du SYTRAL :

Le respect du droit

Samedi 22 février 2014

La déclaration d'utilité publique prononcée le 3 août 2011 du tronçon La Soie du boulevard urbain est (BUE) a été annulée par décision du tribunal administratif le 29 janvier dernier.

Lire la suite : Le respect du droit

Toujours pas de Velo’v pour les vaudais

Mardi 10 décembre 2013

Huit ans après sa mise en service, Vélo'V fait désormais partie du paysage urbain de Lyon et Villeurbanne mais pas de celui de Vaulx-en-Velin à l’exception de l’entrée du Carré de Soie à 10 m de Villeurbanne.

Lire la suite : Toujours pas de Velo’v pour les vaudais

C3 : rien n'est fait pour régler les problèmes.

Médiavaulx le 4 juillet 2013.

La ligne C3 qui relie la Gare Saint Paul de Lyon à La Grappinière de Vaulx-en-Velin)  continue à faire parler d’elle. Le 14 mai dernier, une réunion publique de concertation un peu houleuse a fait fuir sous les huées et les jets de boulettes de papiers Bernard Rivalta le Président du Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise qui organise les transports urbains exploités sous les marques TCL et Optibus).

Quelle en est la raison ?  Les usagés font remarquer les durées des trajets qui s’allongent, les surcharges de passagers et les fréquences de passage non respectées. En fin de ligne, certains n’ont même pas leur arrêt desservi. D’autres doivent attendre deux à trois fois plus que le temps prévu par les TCL. Les problèmes sont récurrents et concernent 55 000 usagers par jours dont de nombreux Vaudais qui se trouvent en bout de ligne.  Il semblerait de l’avis de ces derniers et notamment du collectif C3Ctrop par l’intermédiaire de leur porte-parole Zémorda Khélifi, que le Sytral  privilégie la desserte du Grand Stade au détriment de la ligne C3 dont les premières améliorations sont prévues pour 2017. En effet, la ligne de Tram T3 serait devenue incontournable pour répondre  aux besoins en desserte de l’OL Land.

Les choses changent. Souvent en bien. Dans le cas présent c’est en mal car les aménagements pour la ligne C3 avaient été consignés dans le plan de mandat lors des dernières élections ainsi que les problèmes de circulations liés à l’étroitesse du réseau entre le pont Lafayette et Laurent Bonnevay. Depuis la création de cette ligne les problèmes sont connus mais aucune réponse concrète n’est faite. Bernard Rivalta s’est défendu en avançant qu’il fallait une vision globale pour comprendre la problématique et que les travaux de prolongement de la ligne T3 sont avant tout destinés à former une boucle avec le prolongement de la ligne T2. Que croire ?  Il s’est aussi défausser sur les élus des villes concernés notamment Villeurbanne qui selon lui peinent à prendre des initiatives concernant la circulation automobiles. En fin de compte ce sont les citoyens qui trinquent…

La concertation en vue de modifier la ligne C3 s’est achevée le 24 mai. Maintenant ville par ville, les habitants vont à nouveau être consultés mais en attendant le temps passe et les problèmes subsistent. L’exécutif Vaudais est en première ligne pour donner son point de vue. A l’heure ou nos élus ont des objectifs de densification (+15.000 nouveaux habitants à 20 ans) comme faire face aux déplacements sur une ligne saturée qui ne respecte pas les usagers ? La mise en place d’une ligne de tramway a été évoquée mais cette dernière semble plus qu’hypothétique en dans le meilleur des cas l’échéance est à 25 ans ! Nous avons un élu au Sytral, M Touleron ; il serait intéressant qu’il s’exprime sur le sujet sans langue de bois.

Transports en commun à Vaulx: beaucoup de temps a passé pour peu d'avancée.

MédiaVaulx le 22 juin 2013

En 1900 le tramway de Lyon passait au village. Il s’arrêtait devant l’Hôtel du Nord. En quelques dizaines de minutes il permettait aux vaudais de l’époque de se rendre au centre-ville de Lyon. Puis la société de la voiture est arrivée ; les rails furent démontés ; les bus les remplacèrent.

Au milieu des années 60 l’urbanisation rattrapait Vaulx. Les Barges et la Grappinière étaient construits. Le projet encore sur papier de la ZUP idyllique avec ses milliers de logements avançait vite. En même temps la ville de Lyon lançait son projet de métro enterré ultra moderne orange qui devait arriver jusqu’à Vaulx. La relation fut rapide : le métro allait venir jusqu’au Mas du Taureau. C’est sûr Vaulx-en-Velin allait entrer dans la modernité d’un coup.

Mais cela n’arriva pas. Les logements furent bien construits. Mais le métro s’arrêta avant le canal à Bonnevay. Et cela changeait tout. Vaulx-en-Velin resterait enclavé derrière son canal pour des années encore. Et rien n’y ferait. Les municipalités successives n’ont rien changé à cela. Ce sont-elles battues d’ailleurs ? Les vaudais ont donc dû se contenter pendant plus de 30 ans de leurs 7, 37, 51, 52, 57

Les années 2000 avec le projet de rénovation urbaine et l’arrivée de l’ANRU ont changé la physionomie des transports en commun  sur Vaulx-en-Velin. Le trolleybus avec ses armées de câbles aériens (il parait que c’est mieux pour l’environnement, pas visuel en tous cas !) s’est installé dans le paysage au nouveau centre-ville, à la Grappinière, au Mas. Le Sud de Vaulx avec le lancement du Carré de Soie a profité de la réalisation prévue de la ligne vers l’aéroport St Exupéry mais aussi du prolongement du métro vers Décines et Meyzieu ; la Soie a eu droit à sa station de métro. Après 40 ans d’attente, le métro arrivait enfin à Vaulx. Mais toujours pas au Mas, toujours pas au Nord. Il faut dire que l’idée de G Collomb était de faire venir les gens qui travaillent à la Part-Dieu au Centre Commercial du Carré de Soie entre midi et deux (si, si il l’a dit dans son discours d’inauguration du Carré de Soie !). Evidemment cela n’a pas marché. Et les 35.000 habitants d’au-delà du canal attendent toujours. Et les problèmes s’accumulent sans être résolu. A l’image du C3 et des associations d’usagers excédés par la qualité déplorable du service.

Mais le Maire B. Genin a promis. Il s’est engagé de nombreuses fois et sur de nombreux sujets. Mais rien n’avance et rien n’est clair. Ainsi :

- Sur les stations Vélo’V, il a promis d’en avoir sur notre ville et a annoncé en avoir eu ; certes mais celles-ci sont toutes à la Soie et toutes sur Villeurbanne sauf une sur Vaulx mais ce doit être une erreur car elle est à 15 m de la limite Vaulx-Villeurbanne.

- Sur le métro au Nord :

- le 12 mai 2010 « une étude est lancée par le Sytral pour le prolongement de T1 » annonce le maire,

- mais on apprend en avril 2013 que le Sytral étudie la mise en place d’un transport en commun (et non d’un tram !) en site propre entre la Doua et le Mas du Taureau. Point de tramway T1. M le Maire déclare alors au Progrès le 11 avril 2013 : « on va faire en sorte que ça devienne aussi un tram ». 3 ans de perdu. Et pendant ce temps Vaulx-en-Velin reste enclavée. L’échange du vote favorable de la majorité municipale en 2010 pour le projet OL Land contre le tramway  au Mas n’a pas tourné à l’avantage de Vaulx-en-Velin mais il fallait s’y attendre…

- Sur l’axe A8 qui doit permettre de relier les communes de l’est lyonnais entre elles et qui est prévu depuis 30 ans au moins, plus personne n’en parle. Il est vrai que tous les budgets jusqu’en 2020 sont affectés et qu’une ligne que l’on attendra alors depuis 40 ans pourra bien encore attendre quelques années. Et pourtant tout le monde sait on elle devrait passer : sur le futur BUE. Mais voilà rien ne se passe. Là non plus.

- Sur le C3 qui a été mis en place en 2007, M Genin a promis et est satisfait : le trolleybus sera en site propre jusqu’au terminus, il en a eu la confirmation écrite du Président du Grand Lyon. Fini les retards dénoncés par les associations et collectifs de voyageurs. Certes mais rien n’est encore fait et ce qui devait être construit en 2007 aura donc eu 10 ans de retard au grand dam des usagers…. Si jamais cela se fait et les associations en doute et disent que cela ne pourra pas attendre !

Le sujet des transports en commun est majeur sur Vaulx-en-Velin. Les besoins de déplacement augmentent, les véhicules polluent et personne n’en veut, et les constructions nouvelles sur la ville sont faites sans suffisamment de parkings. La stratégie des élus doit donc être de « booster » les projets d’infrastructures majeures et de trouver des solutions aux problèmes de transport des habitants. Mais rien n’avance et tout continue comme avant à l’image du projet Atoubus de réorganisation du réseau de transport en commun sur le Grand Lyon ; ce projet mis en place en 2012 a créé de nombreux problèmes lors de sa mise mais rien n’a été anticipé. Le représentant de la Ville au Sytral (M Touleron, aussi Conseiller Communautaire) a voté ce projet sans consulter personne. Il a d’ailleurs  toujours tout voté au Sytral sans jamais « taper du poing sur la table » pour faire avancer les dossiers. Résultat : Vaulx attend toujours son métro et son tram depuis 40 ans au Centre, au Mas, au Village, et au Grand Parc, et les problèmes des voyageurs ne se solutionnent pas.

Ebauche d'un plan de circulation au Village

MédiaVaulx le 31 mai 2013.

La municipalité par l’intermédiaire de monsieur Mandolino et du Chargé de Mission déplacement (M. Chambe) a présenté mardi 28 mai au soir à la vingtaine d’habitants venus à cet effet, une étude, une perspective, une réflexion, une esquisse, mais en aucun cas un projet ficelé et prêt à être mise en œuvre. « C’est aux habitants précise Monsieur Mandolino l’élu chargé de cette mission d’exprimer leur avis, il n’y a rien d’acté, tout est sujet à discussion ». Un élu que l’on voit de plus en plus présent sur le terrain et qui remplace le maire avec brio même lors de rencontre d’habitants parfois houleuses comme ce fut le cas récemment chemin Ferréol où il lui a fallu faire preuve d’un grand calme même sous les insultes que ne manquaient pas de prodiguer certaines personnes à bout d’arguments.

La réunion avait pourtant mal débuté, le service communication (une vingtaine de personnes ne doivent pas suffire pour apporter un écran !) n’ayant pas suivi, impossible de projeter les différents plans. Ce fut agréable de voir un membre du modem et un élu du front de gauche œuvrer ensemble pour mettre en place une solution de fortune avant que n’arrive du matériel adéquat. Comme quoi l’union fait parfois la force.

A travers l’exposé et les échanges avec les habitants force est de constater qu’il n’est pas simple de mettre en place un schéma non seulement destiné à aménager, mais aussi à apaiser la circulation. Les remarques des habitants se sont bien souvent focalisées sur la dangerosité de la circulation à Vaulx-en-Velin, à cause de la vitesse et du peu de visibilité dans  certaines rues. Les incivilités sont un problème récurrent et les réponses ne peuvent pas toujours être que techniques avec la pause de ralentisseurs, et autres dispositifs destinés à ralentir la circulation. La réponse doit être parfois un peu plus répressive car on peut faire les plus beaux aménagements du monde (zones de rencontre, zone 30, zone 20), si ils ne sont pas respectés le problème originel subsiste. Il n’est qu’à voir le nombre de panneaux urbains endommagés pour comprendre la difficulté à laquelle nous avons à faire face. Mais peut être que la répression n’est pas dans la volonté municipale.

En conclusion, il a été décidé de constituer un groupe de travail pour mener la réflexion sur les aménagements rue de la république ainsi que sur un schéma d’aménagement et de circulation sur le sud du village. Nous ne connaissons pas en l’état des choses l’enveloppe budgétaire dédié à cet usage ni le délai envisagé. Nous espérons simplement qu’enfin les actes vont suivre et que ce n’est pas simplement une préoccupation municipale destinée à occuper le terrain et les esprits à l’approche des élections municipales. Nous avons déjà connu cela puisque le projet Rue de la République est dit « à l’étude » depuis bientôt 15 ans !