Toujours pas de Velo’v pour les vaudais

Share

Mardi 10 décembre 2013

Huit ans après sa mise en service, Vélo'V fait désormais partie du paysage urbain de Lyon et Villeurbanne mais pas de celui de Vaulx-en-Velin à l’exception de l’entrée du Carré de Soie à 10 m de Villeurbanne. Parfois quelques utilisateurs s’aventurent jusqu’au parc de Miribel Jonage mais presque rien sur nos pistes cyclables vaudaises (il faut dire que certaines sont peu ragoutantes (voir notre article du 18 octobre 2013 !). Pourtant ce mode de déplacement s'est développé avec succès dans les grandes villes françaises. Est-ce que Vélo’V va grandir pour venir chez nous. La réponse est claire : non ! En effet, le marché passé par le Grand Lyon avec JC Decaux porte actuellement uniquement sur les communes de Lyon et Villeurbanne. Il n’est pour le moment pas question de l’étendre à d’autres communes, à moins que celles-ci n’en fassent la demande. La municipalité l’avait mis à son programme ; mais cette demande existe-t-elle ? Il est probable que l’extension ne se face pas « pour des problèmes d’auto régulation du système et surtout à cause de la maintenance qui conduirait à des faires des kilomètres pour réparer ou dispatcher les vélos, au fin fond de la communauté urbaine ». Il y a peut être une autre raison qui freine l’expansion des stations Velo’v. C’est la situation des dégradations et des disparations qui mettent en danger ce service. En effet « Depuis le printemps 2013, en moyenne, 200 à 300 vélos disparaissent chaque mois, c’est énorme surtout sur un parc de 4000 vélos » constat alarmant fait par Gilles Vesco, notamment à Villeurbanne. Sur Lyon capitale de décembre 2013, le chiffre de 25% du parc a été détruit soit entre 1000 et 1100 vélos pour un coût évalué à 1 millions d’euros. Les dégradations se produisent essentiellement pendant la nuit, commises par de jeunes gens, selon l'élu du Grand Lyon. Pour faire face à cette augmentation, JC Decaux, qui supporte entièrement le coût de ces dégradations, a une politique bien particulière : si un vélo disparaît chaque jour pendant 7 jours consécutifs dans une station, celle-ci sera fermée pendant 15 jours. De son côté, Gilles Vesco préconise le renforcement de la sécurité autour des stations avec la mise en place de lumières supplémentaires et de la vidéosurveillance. Vu l’ampleur du phénomène et le coût engendré qui est surement à l’origine des dernières augmentations tarifaires, il est à craindre que comme pour le tramway sur nos grands axes, la présence de Vélo’V sur les pistes Vaudaises ne soit pas pour tout de suite. Pourtant il y a quand même quelques bizarreries car on trouve des secteurs un peu perdus de Villeurbanne nantis de stations de Vélo’v ne sont pas éloignées de Vaulx mais d’une fréquentation toute relative…. Si quelqu’un reconnait le coin et a déjà pris un Vélo’V à cet endroit qu’il nous écrive !