L'eau trop souvent un sujet politicien...

MédiaVaulx le 6 juin 2013.

Enfin ! Les travaux de réfection de la partie rétention des eaux de ruissellement de la rocade Est sont en cours. Depuis le temps qu'était dénoncée cette situation aberrante ! Il aura fallu attendre près de 15 années pour que l’Etat lance la rénovation de ce fossé. Comme quoi sa volonté est parfois douteuse. En attendant, des mètres cubes d'eau polluée par des métaux, des hydrocarbures, etc… se sont déversés directement dans la nappe phréatique.

Parlons donc aujourd’hui un peu de l’eau, sujet qui concerne tous les Vaudais.

Une des caractéristiques géographiques de Vaulx-en-velin c'est sa relation avec l'Eau. La ville de Vaulx-en-Velin en est entourée : le canal de Miribel longe la limite communale au Nord, le Vieux Rhône et le plan d'eau des eaux bleu, anciens bras du Rhône, occupent le Nord et le Nord-Est du territoire, tandis qu'au Sud et à l'Ouest le Canal de Jonage (dans lequel se jette le Vieux Rhône), longé par la Rize, petit affluent de rive gauche du Rhône, coupe le territoire Vaudais en deux et le sépare des communes voisines de Villeurbanne et Décines.

Le site de Crépieux-Charny, entre les canaux de Miribel et de Jonage, propriété de la communauté urbaine est la zone de captage destinée à alimenter en eau potable les habitants de l'agglomération, dont les Vaudais. Une eau dont le Grand Lyon ne cesse de vanter les mérite en la qualifiant de « proche de l''eau des Alpes » et en a fait un label (Grand'O de Lyon L'eau du robinet avec un grand O !). Cette qualité est grandement décriée par de nombreuses personnes ou associations. Vous pouvez vous faire une idée en consultant sur internet les documentations du Grand Lyon et de ceux qui contestent. Nous ne sommes pas des experts ; il est donc difficile de vous donner un avis tranché. La vérité se situe sans doute entre les deux. Pour information un rapport émis par le WWF montre la démarche mensongère du Grand Lyon qui n'hésite pas à dire que l'eau vient directement des glaciers.

Les besoins journaliers de l’agglomération lyonnaise en eau potable sont de 300 000 m3/jour c’est-à-dire environ 220 litres par équivalent habitants (incluant industrie et services collectifs) et 160 litres par habitants (usages domestique) : c'est donc une réelle préoccupation, un vrai bien public indispensable à tous.

Pour répondre aux exigences qui entourent ce patrimoine qu'il faut protéger, un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) 2005-2020 a été établi. En 1997, un arrêté préfectoral fixait le périmètre : 31 communes (26 dans le Rhône et 5 en Isère), une superficie de 400 km² et une population de 310.000 habitants. Outre la nappe de l’Est lyonnais, le périmètre du SAGE prend aussi en compte l’Ozon, et ses affluents ainsi que la partie rhodanienne de l’île de Miribel Jonage. Bien sûr, Vaulx-en-velin fait partie de la liste de ces communes et est même placé dans la première couronne ; c’est donc une des principales villes concernées. Mais comme pour le plan d'exposition au bruit, nos élus sont aux abonnées absents, pas un d'entre eux ne représente la ville de Vaulx-en-Velin (voir site du SAGE Est Lyonnais). Ce qui n'est pas le cas pour les villes de Décines, Meyzieu, Jonage,… Max Ballet un ancien maraîcher bien connu des Vaudais est lui présent pour représenter son syndicat, mais ni le maire ni aucun de ses adjoints vaudais. L'environnement n'est pas un sujet prioritaire pour notre municipalité, les faits le confirment. Cette priorité ne semble pas non plus celle du seul conseiller régional Vaudais Verts, Elvan UCA, qui ne brille pas par sa présence aux réunions du SAGE.

La préoccupation de nos élus s'est tournée vers le débat plus visible et plus porteur politiquement : soit une gestion de l'eau du robinet par une régie publique, soit via une délégation de service privé comme c'est le cas aujourd'hui. L'exécutif du Grand Lyon penchait ouvertement pour la régie, seule à leurs yeux capables d'éviter que le délégataire ne s'enrichisse au détriment des usagers. L'eau distribuée à nos  robinets est une des plus chères de France. Le choix formulé n'est pas critiquable s'il contribue à limiter les prix tout en maintenant la même qualité de service. Choix largement formulé dans la revue municipale. Mais ce  n'est qu'une démarche de façade et les dés étaient pipés d’avance car la décision de Gérard Colomb (délégation de service public) faisait office de loi et dans ce cas la majorité lui était acquise. Comment ont voté nos 4 conseillers communautaires ? De manières différentes : deux d'entre eux ont maintenu leur position en votant contre la poursuite du système actuel, notre maire a choisi de s'abstenir préférant le NINI. La politique de l’autruche. Ne se fâcher avec personne. Les vaudais ont l’habitude après le Grand Stade où il était contre avant de se rallier à l'avis de G Collomb. Maurice Charrier avait lui une vision tout à fait différente : en tant que membre de l'exécutif (Vice-Président) il a choisi de ne pas prendre part au vote (il parait qu’il était allé aux toilettes au moment du vote). Ainsi ne se prononçant pas, il laisse à notre imaginaire quelle aurait pu être sa décision. C'est le seul d'ailleurs à agir de la sorte, tous les autres vice-présidents étant pour, un seul ayant eu le courage de dire qu'il s'abstenait.

Telle est la loi de la politique : on peut penser une chose, en dire une autre à ses collègues élus, encore une autre au peuple et finalement en voter une autre.         

Bron future porte d'accès de l'Europe pour les jets des USA: on ne nous avait pas tout dit!

MediaVaulx le 22 mai 2013

L’aéroport  de Bron dévoile ses projets lors du premier salon de l’aviation d’affaire.L'aéroport de Lyon-Bron est le premier aéroport français à choisir d'adhérer à la puissante association américaine NBAA dans le but d’être clairement identifiée par les opérateurs nord-américains comme un point d’accès  à l’Europe dédié au trafic d’affaire. Un des avantages de cette association est de pouvoir participer au salon « Shedulers & Dispatchers » organisé par la NBAA afin de mettre en avant les projets de développement de l’aéroport de Lyon-Bron auprès du marché américain.

Depuis le passage en société aéroportuaire en mars 2007, les investissements se sont intensifiés sur l’aéroport de Lyon-Bron pour anticiper son développement avec la création de nouveaux hangars prévus pour 2014-2015 destinés aux avions d’affaires et ainsi le dimensionner pour accueillir des avions de gros volumes (type BBJ) et leur maintenance. Dans le même temps, l’aéroport veut se diversifier en implantant une zone d’activité pour des entreprises dédiées au secteur de l’aéronautique. Les Boeing Business Jets (BBJ) créé par Boeing en 1996 constituent une gamme d'avions de ligne aménagés spécialement pour un usage privé.

Ces aménagements proposent en outre des chambres à coucher, des salles de bains avec douches, des salles à manger ou de réunion et un vaste salon.

Pendant que l’aéroport se développe, le plan d’exposition au bruit (PEB) est toujours en sommeil (cf notre article du 17/05/2013) et comme nous l'annoncions, les permis de construire des futurs logements continuent à être signés alors que les jets bruyants vont donc être de plus en plus nombreux. Cela risque de faire grincer des dents les futurs acquéreurs quand ils vont comprendre que leurs appartements ont été construits dans un couloir aérien très bruyant alors que la Ville jouait la montre pour que le nouveau PEB ne soit pas mis en place, et que les promoteurs se dépêchaient de bétonner avant que les nouvelles normes du nouveau PEB les obligent à mieux isoler les logements.

Et pour ceux qui ont moins de 40 ans et qui ne se souviennent pas que la construction de la ZUP de Vaulx-en-Velin à la fin des années 60 était soumise à la disparation des avions de ligne bruyants et donc au transfert de l'activité aéronautique de Bron vers Satolas, nous pouvons aujourd'hui affirmer qu'en 1966, M. Carrier, alors maire de Vaulx, refusait de voir la ZUP arriver sans le transfert de Bron. Lui au moins défendait les habitants de Vaulx et pensait avant tout aux vaudais avant de penser aux promoteurs immobiliers. 47 ans plus trad, le Maire de Vaulx-en-Velin devrait s'en inspirer!

EXCLUSIVITE MEDIAVAULX : Pourquoi nos élus vaudais freinent le nouveau PEB.

Mediavaulx le 17 mai 2013.

Il y a une semaine nous vous annoncions que les élus communistes vaudais au Grand Lyon (dont le Maire de la Ville) ne se sont jamais battus pour que la voix de Vaulx-en-Velin en matière de lutte contre les nuisances sonores soit entendue et qu’en particulier nous n’avons aucun représentant dans l’organisme de suivi du bruit de l’aéroport de Bron (Commission Consultative de l’Environnement - CCE) alors qu’il eut été facile à la faveur d’une démission d’en obtenir un le 16 avril 2012 (voir article du 8 mai dernier).

Au fur et à mesure de nos investigations, nous avons encore appris de nombreuses choses qui nous permettent aujourd’hui de faire le lien entre tout et de présenter à nos internautes suiveurs la réalité supposée de la situation.

Le 3 décembre 2010, le Préfet, lance par arrêté préfectoral une révision du Plan d’Exposition au Bruit (PEB) de l’aéroport de Bron. Ce Plan a deux objectifs :

-          Eviter d’exposer immédiatement ou à terme de nouvelles populations aux nuisances de bruit

-          Préserver l’activité aéronautique et l’équipement aéroportuaire

La loi édicte alors des règles d’urbanisme de portée supra communale visant à interdire ou à limiter les  possibilités de construction dans les zones soumises au bruit des aéronefs, telles que les définit le  PEB approuvé. Le lancement de la révision fin 2010 devait alors permettre après avis des collectivités concernées (dont la Ville de Vaulx-en-Velin) de suivre l’évolution de la réglementation depuis le dernier PEB de 1977 et d’imposer des mesures de protection de la population et d’information de celle-ci.

Le 7 février 2011, le Conseil Communautaire du Grand Lyon émettait un avis réservé sur le dossier de révision du PEB en particulier sur l’évolution importante prévue du trafic de l’aviation de tourisme. Avis « bizarre » puisque chacun sait bien que sur Bron l’objectif est de diminuer la part de l’aviation de loisir et faire « exploser » l’aviation d’affaires. Ainsi le projet d’extension de l’aéroport de Bron débuté en 2008 (avec l’inauguration du hangar H8) doit bientôt s’accompagner de la création de 4 nouveaux hangars avec pour finalité le triplement de la capacité d’accueil des jets. On sait que le Grand Lyon (et son Président qui aime régulièrement utiliser quelques jets – voir photo) souhaite développer la Communauté Urbaine vers l’Est et cette évolution de l’aéroport intègre bien cet objectif.

 

Suite à cet avis la ville de Vaulx-en-Velin émettait le 30 mars 2011 un avis conforme à celui du Grand Lyon sauf qu’ils demandaient, en plus, une délocalisation de l’aéroport de Bron. Mais alors pourquoi accepter tout sous réserves et en même temps demander qu’on ferme le site ? Etonnante évolution de nos élus selon qu’ils votent au milieu de leurs pairs au Grand Lyon ou dans leur ville face à leurs concitoyens.

Et depuis plus rien, à part la poursuite de l’absence de la ville de Vaulx-en-Velin au sein de la CCE. Plus aucune nouvelle sur ce nouveau PEB qui en 26 mois aurait largement eu le temps d’être mis en enquête publique. Enfin, rien ! Ou presque. Le presque correspond à de multiples permis de construire signés par M le Maire de Vaulx-en-Velin au Carré de Soie dont en particulier :

-          Bowfond Marignan Immobilier pour 2700 m² de bureaux (signé le 13 mars 2013),

-          SAS Georges V pour 55 logements sur 7000 m² (signé le 29 mars 2013),

-          SAS Georges V pour 2 bâtiments de logements sur 3000 m² (signé le 29 mars 2013),

pour ne citer que les plus récents et ne pas trop faire catalogue ! Et bizarrement ses autorisations ne sont assorties d’aucune prescriptions ni obligations pour les promoteurs en terme d’isolation ou d’information puisque le PEB dont la mise en place est freinée ne le permet pas ! Nos élus se plaignent mais ne font rien.

Et comble du cynisme, lorsque  les habitants se plaignent du bruit et lancent une pétition, M le Maire communique en disant qu’il soutient la pétition des habitants. Peut-être lorsqu'ils lanceront des actions en annulation des permis concernés, M le Maire les soutiendra-t-il aussi!

Mais que se passe-t-il donc ? Pourquoi la révision du PEB n’avance-t-elle pas ? Pourquoi l’enquête publique n’a-t-elle toujours pas été lancé ? C’est simple :

-          La révision du Plan d’Exposition au Bruit n’a pas avancé d’un pouce depuis mars 2011 freiné par on ne sait qui mais on sait bien pourquoi : pour aider les promoteurs qui devraient alors dépenser moult argent pour isoler les logements et aussi informer les futurs acquéreurs et donc vendraient moins bien (CQFD),

-          L’agrandissement de l’aéroport de Bron est prévu avec un triplement de l’activité d’aviation d’affaire très bruyante avec ses jets de businessman et en même temps la ville refuse de développement de l’aviation de tourisme(!) qu’elle trouve bruyante,

-          La ville demande le transfert de l’aéroport de Bron mais dans un silence assourdissant si bien que ni les médias ni le service communication de la mairie n’en ont jamais parlé et qu’en cherchant nous n’en avons trouvé aucune trace,

-          La ville accepte des permis dans des zones bruyantes sans obligation technique pour protéger les futurs habitants tout en soutenant une pétition d’habitants qui se plaignent du bruit et demandent d’être protégés.

Il serait donc grand temps que nos élus vaudais prennent leurs responsabilités. Qu’ils décident officiellement de demander le transfert de l’aéroport de Bron, qu’ils votent contre tous les projets relatifs au développement de l’aéroport de Bron, qu’ils ne signent plus aucun permis sur le Carré de Soie tant que l’enquête publique n’aura pas été lancée et n’aura pas abouti. Mais il est bien à craindre que rien de cela ne se fera et que le pouvoir de quelques habitants continuera à ne peser que peu lourd face à l’argent des promoteurs immobiliers même pour un Maire communiste. Gageons que le PEB ne sera modifié que lorsque tout le Carré de Soie sera bétonné avec l’aide de nos élus sur le dos des futurs habitants de la Soie. Et alors il ne restera aux Vaudais que nos yeux pour pleurer, nous pauvres vaudais, alors que certains de nos élus seront tranquillement en retraite au soleil du sud de la France.

EXCLU MEDIAVAULX : Plan d'Exposition au Bruit: nos élus vaudais ne se sont jamais battu!

Mediavaulx le jeudi 8 mai 2013.

Au sujet de la modification actuellement en cours du Plan d'Exposition aux Bruits de l'aéroport de Bron, nous vous indiquions le 5 mai que nos élus (en particulier ceux qui siègent au Grand Lyon) ne s'étaient pas battu contre ce projet. Ils avaient mollement voté "abstention" au sujet de la quantité de trafic de l'aviation de tourisme. Même pas sur le fond. Même pas sur le zonage prévu. Juste une molle abstention sur un point de détail.

Nous avons continué notre enquête à ce sujet. L'inaction de nos élus Vaudais au Grand Lyon (pour rappel M Genin, Mme Bailly Maitre, M Charrier, M Touleron) ne s'est pas arrêtée à la séance du 7 février 2011 (avec cette fameuse abstention) elle s'est poursuivie. En avril 2012, nouvelle séance du Conseil Communautaire du Grand Lyon avec un nouveau vote au sujet du PEB de l'aéroport de Bron. Il s'agit alors de remplacer à la Commission Consultative de l'environnement de Lyon Bron un membre démissionnaire.

Première surprise: la composition de la commission jusuqu'au 16/2/12 pour ce qui concerne les élus soit:  Mme Guillemot (Bron), M Crédoz (Décines), M Goux (St Priest), M Imbert (Chassieu) et leurs suppléants M Longueval (Bron), M Sturla (Décines), Mme Dubos (St Priest), M Rivalta (Vénissieux). En effet il n'y a pas de représentant de Vaulx-en-Velin! Quand on sait que les deux villes touchées par les entrées sorties des vols IFR (vols aux instruments : jet, avions à réacteurs) donc les plus bruyants sont St Priest et Vaulx en Velin, il y a de quoi s'étonner. Ou plutôt de comprendre que, pour Vaulx, rien ne risque de changer puisque nos élus ne sont pas présents dans la Commission ad hoc. Mais on se dit qu'à l'occasion du changement d'un des membres nos élus vont intervenir pour qu'il y ait au moins un représentant de Vaulx dans cette commission.

Seconde surprise: le vote a lieu et, à l'unanimité, M Martinez de Décines remplace M Sturla. Vaulx n'a donc toujours pas de représentant dans cette commission. Certes les Décinois sont impactés, mais quasi uniquement par les vos de tourisme et les tours de piste. Mais pourquoi deux représentants pour cette ville alors que Vaulx-en-Velin n'en a toujours aucun. Pourquoi nos 4 élus n'ont pas exigé un représentant de Vaulx-en-Velin? Pourquoi Vénissieux a un représentant alors qu'il n'est même pas dans le périmètre de bruit de l’aéroport ? Et pourquoi deux représentants pour Bron alors que l'aéroport est quasiment à 100 % sur la Ville de Chassieu et que les vols sur Bron sont en quantité quasi négligeables?

Voilà qui prouve une fois de plus que nos élus ne sont pas à la hauteur de l'enjeu qui est de protéger les populations. Ils ont beau soutenir une pétition, cela ne remplacera pas leur inaction au Grand Lyon et dans les instances importantes.

Nuisances sonores de l'aéroport de Bron : la loi du double langage du Maire!

Mediavaulx le dimanche 4 mai 2013

En ce début d’année, un collectif d'habitants a lancé une pétition pour protester contre les nuisances provoquées par la mise en place de nouveaux couloirs aériens. Cette pétition est relayée par nos élus. Que dit-elle ?

« Nous, soussignés, habitants du quartier de la Rize et du quartier de Vaulx-Village, demandons aux autorités de nous aider à limiter les nuisances sonores en rapport au trafic aérien de l'aéroport de Bron.

Nous habitons le quartier de la Rize et déplorons des nuisances sonores qui depuis quelques années vont en s'amplifiant. Elles ont notablement augmenté depuis un an où un trafic aérien inhabituel se manifeste par l'apparition d'aéronefs de plus en plus imposants et de plus en plus bruyants. Il n'est ainsi pas rare que des Airbus viennent se poser, comme ce fut le cas le 7 décembre 2012.

Ce trafic est décuplé les week-ends par de constantes rotations d'hélicoptères et le survol des zones d'habitations par de petits avions de loisir (apprentissage au pilotage, baptêmes de l'air, etc.) qui viennent se rajouter à toute une flotte d'avions d'affaire de plus en plus nombreux. Les fréquences de mouvement se multiplient ainsi que les plages horaires d'activité. Nous sommes souvent réveillés en pleine nuit par un jet ou un appareil à hélice particulièrement bruyant.

Indépendamment des problèmes de sécurité que pose le survol de zones d'habitations, nous dénonçons les atteintes à notre qualité de vie comme nous dénonçons les nuisances qu'entrainent l'existence d'un couloir aérien établi sur un centre-ville quand celui-ci pourrait tout aussi bien se superposer à l'axe routier qui rejoint les Sept Chemins et passe au large de la zone industrielle. »

Nos élus n’ont-ils aucun pouvoir à ce sujet qu’ils en sont à soutenir (presque faire) une pétition. Ils le font croire ! En effet mi 2011, un article du Progrès rapportait que :

 

Que se passe-t-il ? Vaulx-en-Velin ne serait-elle pas concernée par  des nuisances sonores de l'aéroport de Lyon-Bron ?

Absolument. Suite aux réunions de travail auxquelles avaient participé les mairies à la commission CEE sur l'aéroport de Bron (commission consultative de l'environnement), la charte signée mi 2011 était une première avancée pour faire cohabiter aviation de tourisme et aéroclubs. Il est dommage de constater que Vaulx n'a pas plus participé à cette charte qu'aux réunions de la CEE, où elle était pourtant invitée. Même Rillieux qui n'en faisait pas partie de la CEE s'est impliqué et a signé cette charte.

Pourtant en février de cette même année (2011), lors d’une réunion animée par le grand Lyon nos élus ont débattus sur le Projet de plan d'exposition au bruit (PEB) de l'aéroport de Lyon-Bron. Ils n’en ignoraient donc pas les contraintes à venir. Leurs conclusions ? Juste un avis réservé sur le projet de plan d’exposition au bruit de l’aérodrome de Lyon-Bron, compte tenu des hypothèses d’évolution du trafic retenues notamment en matière d’aviation de tourisme. C’est lors de ce débat qu’il aurait fallu faire preuve de fermeté. Et VOTER NON ! Mais les postes et leurs indemnités valent de l’or. Alors on ne va pas se préoccuper de quelques malheureux habitants qui se plaignent du bruit. Et la solution est finalement toute simple : la pétition. Mais contre qui ? Qui vote ? Qui dirige ? Ceux qui soutiennent la pétition.

Encore une fois, nos élus marquent leur faiblesse en terme d’environnement et de cadre de vie des habitants et cherchent à rejeter les fautes sur le Grand Lyon dont ils font partie, où ils votent, et où ils perçoivent de chères indemnités sonnantes et trébuchantes sans se soucier des conséquences de leurs votes sur la santé de leurs administrés !