Un jour de promenade à vaulx-en-Velin

Share

Vendredi 21 mars 2014

C’est toujours un dilemme lorsque l’on parle de Vaulx-en-Velin, parce que notre ville nous l’aimons mais pour autant doit on se complaire dans le silence en se convainquant que tout va bien ? Nous pensons au contraire qu’il faut dire les choses afin de réagir car il n’y a pas de fatalité, il n’y a que des situations induites par des choix politiques. On peut prendre la situation économique comme prétexte et tant d’autres choses encore peut-être complexes à gérer mais on en revient toujours à des choix politiques.  

Voilà ce que pouvait découvrir, hier, un visiteur en promenade sur notre ville. Qu’en aurait-il conclu ?

Commençons par l’Hôtel de Ville. Il est certain que notre maison du peuple est un peu différente de celles des communes environnantes. Ils y en a qui aiment, d’autres moins, c’est une affaire de goût. Période électorale oblige un peu d’affichage sauvage pourtant prohibé par la loi est de mise. Nous sommes en plein cœur de la gauche rebelle. Heureusement, les autres listes se sont montrées plus respectueuses et n’ont pas joué la surenchère. Dans le temps, c’était comme cela partout dans la ville.

La promenade se poursuit en traversant le centre ville pour arriver sur une des artères centrales. L’architecture y est résolument moderne et plaisante à l’œil mais que de difficultés parfois pour entrer dans une allée. On sent que la sécurité est un point qui n’a pas été négligé. Nos yeux se portent sur la rue et se focalisent sur des véhicules incendiés. Il ne faut pas supposer quoi que ce soit (c’est peut être accidentel !). Un passant nous renseigne quand même : cette nuit, Chemin de la Godille, c’est sept véhicules qui ont brulés et la nuit précédente des altercations avec jets de pierres ont eu lieu.

Sortons de la ville pour faire une petite promenade dans la zone maraichère et ses fameuses Terres du Velin, chères à B Genin. Nous avons la particularité à Vaulx-en-Velin d’être un peu la ville à la campagne. Un véritable poumon vert pour la culture de proximité. Seulement, notre zone maraichère souffre de perpétuelles incivilités. C’est vraiment pour faire « chier » le monde pourrait-on dire vulgairement que des « cons » viennent décharger leurs ordures n’importe où car nous avons une déchèterie à quelques centaines de mètres. Et les contrevenants sont plus malins que les sangliers car à notre connaissance aucun ne s’est jamais fait attraper.

Concluons la journée par une petite marche nocturne histoire de garder la forme. C’est fois c’est une petite particularité qui attire notre attention. Tout le monde connait à Vaulx-en-Velin les trottoirs du Savarin, immeuble récemment construit à ras la route laissant un trottoir qui permet à peine le passage d’une poussette et encore il faut être courageux vu la visibilité sur la route. Hé bien cela aurait pu être pire on aurait pu planter des piquets pour obliger les poussettes à slalomer. Hé oui c’est possible. Comme ici à la Rize, mais les piquets sont bien plus large !!!

Enfin, pour ceux qui souhaitent implanter des œuvres  d’arts  dans la ville, il est possible d’en trouver avec une connotation urbaine. Sans rire, à la place des services de la ville nous nous empresserions de sauvegarder celle-ci (déjà présente depuis une huitaine de jours) car elle pourrait faire le bonheur de quelques musées ou galeristes, le contemporain étant dans l’absolu une vision du monde.