Le goût du travail bâclé ? Ou le goût du travail mal fait ?

Share

Samedi 4 avril 2015

Métier pas facile, mais métier quand même que celui d’agent de la collectivité locale - Ville de Vaulx-en-Velin en charge de la propreté de nos voies communales. Il est vrai que ce n’est pas tous les jours simple de prendre son camion pour aller collecter les décharges sauvages que nombre de gens mal intentionnés s’évertuent à longueur de nuit ou de week-end à déposer aux 4 coins de la ville. Ça doit être pesant de sans cesse recommencer et recommencer. Nous ne sommes pas les derniers à dénoncer le manque de civisme de ceux qui sans la moindre considération souillent la ville. Mais sans crainte d’être sanctionné comment enrayer cette situation. Il devient nécessaire de centrer le tir afin d’atteindre la cible avec plus de fermeté.

Mais quand on est payé pour un travail il faut le faire et le faire correctement ou bien il faut changer de métier, rendre son paquetage, et abandonner son salaire et tous ses avantages acquis. Et quand on décide de le faire, il faut éviter de le bâcler ou de le saboter comme cela a été le cas ces derniers jours chemin du Machet. Il y a huit jours un artisan ou un particulier particulièrement mal intentionné avait ainsi déchargé chemin du Machet des déchets de parpaings légers. Après quelques jours les services de la ville sont intervenus, mais n’ont pas tout enlevé. Ils ont laissé quelques parpaings par-ci par-là. Pourquoi ?

Pour montrer leur énervement ?

Pour indiquer leur dépit ?

Pour expliquer que leur demande de mutation n’a pas avancé ?

Pour bâcler le boulot ?

Parce qu’ils s’en foutent ?

Parce que c’était l’heure de la pause et qu’ils ont oublié de revenir ?

Ou alors… ?

En tous cas cela fait tout aussi sale qu’avant et l’image des agents de la ville n’en sort pas grandie.

Peut-être que leur cheftaine élue à la lecture de cet article va se saisir du dossier. Espérons-le. Enfin, si elle a le temps, car entre son activité professionnelle, sa délégation aux seniors, sa délégation aux marchés publics, sa délégation aux travaux, sa main mise sur les services techniques, son mandat de conseillère communautaire et sa mission essentielle de capitaine du maintient à flot le bateau de la section locale du Parti socialiste.

Cumul, cumul. Et pendant ce temps la ville est cradot.