Qui est le maillon faible de la chaîne?

Jeudi 12 septembre 2013.

Depuis quelques années la municipalité dans le cadre de la semaine de la propreté initiée par le Grand Lyon organise une matinée citoyenne pour le ramassage des déchets de la Rize avec des habitants du quartier et au-delà. Elle aurait dû avoir lieu le samedi 25 mai mais les conditions climatiques en ont décidé autrement. Elle a été finalement reporté le samedi 6 septembre mais sans que le service communication de la ville n’en face état (lire nos articles du 19 juin 2013 et du 1° septembre 2013) avec pour conséquence une faible participation des habitants pour un rendez-vous qui aurait dû constituer un trait d’union entre Vaudais sensibles à leur environnement et patrimoine. A 9 heures du matin, les services techniques étaient à l’œuvre, posant des cônes sur la chaussée pour définir un périmètre sécurisé. Mais il n’y avait pas grand monde qui s’activait pour le nettoyage.

Un peu plus tard dans la matinée quelques habitués dont notamment des membres d’associations et cinq enfants remplissaient quelques sacs de détritus mais bien peu par rapport à ce que cela aurait pu être si la volonté publique était là. La municipalité n’a chanté que la moitié de la messe ; il aurait été profitable qu’elle la chante en totalité. Comment lancer une dynamique si on ne lui donne pas une priorité ? Trois élus (Mme Oliver, M Moine et M Mandolino) étaient au travail. Quelques autres élus sont venus faire acte de présence à l’heure de la collation telle notre députée Hélène Geoffroy. N’aurait-elle pas pu faire plus qu’une présence politicienne ; aurait-elle pu consacrer une petite part de sa réserve parlementaire pour faire de cette action un événement majeur ? Probable. Notre Conseiller Général lui aussi est passé pour une petite visite car il faut soigner sa communication mais pas si simple à la veille d’une augmentation de 17% des impôts du conseil général. Ce ne sont pas des actes de présence qui soulignent l’intérêt. Il y a des moments où il faut mettre les gants et faire. La nécessité d’impulser un mouvement demande un effort de tous.

Que représente la Rize, un peu d’histoire.

Photo par HRannou

La Rize est un petit affluent en rive gauche Rhône qui traverse les communes de Décines, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne. Il a été mis en égout sur la quasi-totalité de son cours aux XIXe et XXe siècles, seule une portion restant à l'air libre au nord du canal de Jonage sur la commune de Vaulx-en-Velin. C’est cette portion qui offre aujourd’hui aux promeneurs à pied ou à vélo, des berges agréables, une faune et une flore d'une grande diversité, un parking engazonné, un parcours de santé, des jeux pour les enfants, une eau pure et un parcours d'initiation à la pêche.

D'environ 15,7 km de longueur[] (IGN), le ruisseau est déjà mentionné au XIIe siècle. Avec le développement industriel, le cours d’eau est victime de la bonne réputation de ses eaux. Elles servent alors aux teintureries, tanneries et autres activités polluantes et leur qualité se dégrade. En 1894, lors du creusement du canal de Jonage le cours supérieur de la Rize est totalement absorbé par l’ouvrage. En 1896, en aval du pont de Cusset, on fait passer la rivière sous le canal par un siphon mais la survie de la rivière est de courte durée. Avec les développements de Lyon et Villeurbanne, l’envasement s’accélère et elle continue à être couverte et enfermée dans des tunnels souterrains pour que les architectes puissent bâtir en surface. La rivière ne subsiste plus que dans la mémoire des anciens et sous forme d’égouts à Lyon. Elle vit encore sous la forme d’un canal, parallèle à celui de Jonage grâce à un projet intercommunal, baptisé « Les bords de la Rize », réalisé par le paysagiste Pierre Pionchon, au début des années 1990.

Un peu d’humour….

Quelques heures après l’opération de nettoyage, un véhicule est venu achever volontairement ou non sa course dans la Rize. On dit toujours que la nature a horreur du vide !!!!

Ce ne sont pas des petits rats d'opéra....

Le mercredi 11 septembre 2013.

Quelle surprise de trouver la semaine dernière à la Une du Progrès du jeudi 5 septembre un encart évoquant une présence massive de rats à Vaulx-en-Velin sur les terrains occupés par les Roms avant eur expulsion. 15 000 rats. Le chiffre fait frémir. Est-il exact ? Difficile à dire, mais la présence de ces rongeurs à la sinistre réputation est quand à elle bien réelle (voir photo ci-dessous prise près du pôle multimodal). Les riverains dénonçaient les nuisances provoquées par l'insalubrité persistante des campements sauvages il y a encore quelques semaines : des terrains vagues sans eau courante, ni sanitaires, ni toilettes et où les familles Roms vivaient dans le plus total dénuement, entassant leurs déchets depuis de nombreux mois, cela ne pouvait que favoriser la prolifération des rats.

Les riverains qui ont manifesté ne prononçaient pas des paroles en l’air mais faisaient le constat d’une situation intolérable qui les a conduit à réclamer le respect de la procédure de justice d’expulsion, tout en exigeant que soit trouvée une solution de relogement décente pour cette population démunie et livrée à elle-même, notamment pour les enfants en bas âge. A plusieurs reprises la présence de rats a été soulevé par les habitants, bien avant que l’actualité ne mette en avant la manifestation des habitants et l’incendie du camp qui fort heureusement n’a pas eu de conséquences dramatiques. Déjà à la réunion de quartier du Sud le 15 décembre 2012, la présence de rats avait été évoquée. Le service vie quotidienne de la ville devait prendre en charge ce problème. Dans le même temps suite au téléphone des Associations riveraines et des Associations d'habitants de tous les quartiers voisins infestés par les rats à la Direction du  Service au Service d'Hygiène de la Mairie il leur a été répondu (à moi donc, dit une représentante d’association ) ''qu'ils étaient au courant  du problème mais que le Service n'avait reçu aucune directive du Cabinet du Maire'' (à l'époque il y en avait déjà des milliers), pour agir et devant mon étonnement on m'a répondu que c'était ''normal ''puisque les rats "habitaient'' sur  le terrain du Sytral, sur le terrain du Grand Lyon,  sur le terrain de la SOLLAR , sur les terrains Alliade etc ... qu'il n'y aurait certainement aucune action de la Mairie puisque aucun rat n'habitait sur  un terrain Mairie… et que chaque propriétaire était tenu de dératiser ses terrains. C’est pas mal comme réponse non ?.  Morale de la mairie : à chacun sa M... et des rats pour tous !. leur efficacité est claire. 9 mois plus tard les rats sont 15.000 !

Espérons que suite à la parution de l’article de presse, des pouvoirs publics responsables prendront les doléances des habitants à bras le corps et mettront tout en œuvre pour arriver à une solution rapide et définitive. Il est anormal que les habitants du quartier barricadent le bas de leur porte pour empêcher les rats d’y pénétrer. Le Grand Lyon va faire une seconde dératisation vendredi 13 septembre ainsi que la SOLLAR pour tenter d’en éliminer quelques uns, mais sans une action d’envergure prenant en compte les égouts l’éradication risque de prendre beaucoup de temps.

 

Au Village toujours un égout à ciel ouvert...jusqu'à quand?

Le 11 août 2013.

Samedi dernier, nous faisions état d’un problème d’hygiène et de sécurité publique au niveau du 85 rue de la République. Les égouts du Savarin étaient bouchés depuis plusieurs jours et débordaient donc directement dans la rue. Malgré des appels à la ville de Vaulx-en-Velin et au bailleur social Alliade, rien n’était encore débouché.

Après 8 jours les choses n’ont pas bougé mais nous avons eu plusieurs indiscrétions :

-          Le problème existe depuis de nombreuses semaines.

-          La société Alliade en charge de la gestion du bâtiment a missionné une société de curage qui depuis mi-juillet n’est toujours pas intervenue… ou bien est intervenue sans succès aucun.

-          Selon certaines sources, le réseau d’eau usée de la rue de la République serait sous-dimensionné (mais nous n’osons, ici, pas y croire !).

Rien n’avance donc et ce sont les riverains et les locataires qui trinquent.

Que faut-il en déduire ?

1°) Qu’Alliade entretient mal son parcs de logements ? Très probablement car ce n’est pas la première fois que de tels soucis de mauvaises gestions nous sont reportés. Rappelons-nous par exemple les volets de la résidence située Rue Georges Chevallier qui ne tiennent pas depuis la construction du bâtiment, si bien que les trottoirs situés au-dessous ont été condamné pour éviter qu’ils ne blessent quelqu’un en tombant… mais ils n’ont pas été réparé ! Alliade attend. Rappelons-nous aussi les travaux effectués en dépit du bon sens, jamais fini ni jamais réceptionné et qui ne correspondait pas aux attentes des locataires. Nous pouvons là presque citer toutes les résidences récemment rénovées !

2°) Que Monsieur le Maire se trompe en déclarant que les résidences de logements sociaux sont mieux entretenues que les résidences de propriétaires privés ? Oui cela est sûr. Il se trompe complètement. Et il devrait rapidement corriger le tir car les locataires d’Alliade sont loin d’être des privilégiés aux logements très bien entretenus ou très bien isolés. Ce sont malheureusement souvent des logements vieillots, des passoires à énergie, des gouffres à charge, et pour les plus récents, comme Le Savarin, des résidences qui vieillissent très vite et où la vétusté est déjà réelle alors que le bâtiment n’a que deux ans.

Espérons donc que quelques bonnes âmes à la ville de Vaulx-en-Velin, que quelques élus, que quelques responsables d’Alliade vont avoir pitié des habitants du Village et vont réagir face à cet état d’insalubrité et d’insécurité. Rien n’est moins sûr car ce vœu date déjà de samedi dernier!

Dégouts et odeurs au Village

Le 2 août 2103

Depuis plus d’une semaine une odeur immonde s’échappe d’un local situé en plein cœur du village. De ce local placé parmi les commerces non loués du bâtiment Le Savarin rue de la République à deux pas de l’Eglise, s’écoule un liquide pestilentiel. Probablement selon toutes les personnes qui ont pu sentir l’odeur, il s’agirait d’un mélange d’excrément et d’urine. C’est donc très certainement les eaux usées des 42 logements d’Alliade situés au-dessus, qui s’écoulent dans la rue pour tout ou partie ? Est-ce l’absence d’entretien du bâtiment de la part du bailleur social, le fait que les commerces sont vides depuis bientôt 3 ans, une mauvaise conception du réseau de collecte ou une construction au rabais. Impossible de le dire pour l’instant.

En attendant les habitants vivent fenêtres fermées, les piétons ne peuvent plus utiliser le trottoir et marchent donc dans la rue tout en se bouchant le nez. Au problème d’hygiène s’ajoute donc un problème de sécurité dans un lieu déjà réputé pour sa dangerosité (taille réduite des trottoirs) ce que ne manque pas de dénoncer les habitants à chaque réunion avec le maire.

Le Service hygiène de la ville est intervenu sur place mardi 30 juillet à la demande des riverains. Malheureusement quatre jours plus tard, rien n’a bougé. Et le problème s’empire (ou sent pire) avec les fortes chaleurs.

Combien de temps faudra-t-il au bailleur Alliade pour réagir favorablement ? Une nouvelle preuve que les promoteurs, même sociaux, sont toujours plus diligents pour construire que pour entretenir.

Déjà sinistré car reconnu comme un des bâtiments les plus « moche » du village, ce site qui n’accueille que 2 des 4 ou 5 commerces prévus trois ans après sa construction, est maintenant connu comme un nouveau test d’égout à ciel ouvert. Belle réussite dans tous les domaines pour Alliade et pour la municipalité !

Merci aux quatre internautes qui nous ont interpelés sur ce sujet via l’adresse mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Nous espérons que le problème sera rapidement résolu pour l’hygiène, la sécurité de tous et l’image du village.

La ville est sale; tout le monde s'en plaint.

Le 31 juillet 2013

Depuis la création de ce site, la propreté est un sujet qui revient comme un leitmotiv. Ou plutôt la saleté est un sujet récurrent qui réapparait au détour de plusieurs de nos pages, comme il apparait au détour de presque toutes les rues de notre Ville. Les habitants s’en plaignent. Les parents d’élèves s’en plaignent. Les entreprises s’en plaignent. Et réunion de coin de rue après réunion de coin de rue, propriétaires comme locataires le redisent au Maire : La Ville est sale. Mais notre premier magistrat ne fait rien, repoussant toujours la faute au Grand Lyon, et jamais à lui, toujours la faute de l’autre, mais jamais ni de sa conseillère en charge de ce dossier, ni des quatre adjoints élus conseillers communautaires qui ne font rien non plus à ce sujet.

Mais peu à peu, les gens se réveillent et se plaignent. Le 18 juillet, dans Le Progrès (cliquez ici pour lire l'article), c’est au Mas que la grogne montait. Des déchets dans les parcs pour enfants, des détritus lancés par les fenêtres, des rez-de-chaussée aux fenêtres fermées irrémédiablement à cause des odeurs. Mais rien ne se passe. Tout est toujours aussi sale. Mais alors que font les autorités et les responsables :

  • Le Maire B Genin et sa conseillère municipale J Fakiri : rien car pour eux tout est la faute du Grand Lyon,
  • Les services municipaux d’hygiène : bonne question….
  • La Police Municipale : le Maire ne lui a pas donné cette mission ; eux c’est les PV !
  • Les bailleurs tels Grand Lyon Habitat cité dans l’article : ils « assistent à des difficultés dues à des incivilités ».

Avec cela, il n’est pas sûr que les problèmes trouvent une solution.

Nous, pour notre part, nous avons décidé d’agir. Et de dénoncer. Alors si vous avez ce type de souci chez vous, n’hésitez pas à nous envoyer vos photos, et nous les mettrons en ligne ! Au moins, nous, nous ne ferons pas rien. Nous dénoncerons la saleté en attendant un jour d’applaudir peut-être la propreté.

Semaines de la Propreté à Vaulx : quel bilan?

Médiavaulx le 19 juin 2013.

Voilà presque l’été. Et ces dernières semaines, la municipalité vaudaise organisait pour la troisième fois "La Faites de la Propreté" qui durait 3 semaines, cette action étant initiée par le Grand Lyon avec le concours d’associations. Clou de l’opération, le nettoyage de la Rize en partenariat avec le Fil de la Rize, la Diane Vaudaise et les Jardins de la Rize, consiste en un déblayage / décrassage de la rivière qui longe l'avenue Grandclément, la fameuse « Rize ». Pour des raisons de sécurité et climatique cette opération a malheureusement été annulé pour le samedi 25/05/2013 et sera peut-être reprogrammée prochainement. 

Tous les habitants doivent être encouragés à participer à ce genre d'actions qui préservent et valorisent le patrimoine naturel de notre ville. C'est un acte citoyen et nous sommes tous concernés par l'image que donne la ville. Cela fait partie des valeurs que chacun doit transmettre à ses enfants.

Ces semaines de la propreté fortement commentées dans le journal municipal ont été accompagné d'autres événements dans les quartiers, mais ces actions sont trop peu nombreuses et trop limitées mais, enfin, toute action est bonne à prendre. Cependant, la publicité serait plus efficace si elle était suivie dans le temps. Vaulx-en-Velin est le plus mauvais élève du Grand Lyon en termes de tri des déchets, à tel point que dans certains secteurs de Vaulx-en-Velin le système a quasiment été abandonné. Il est désolant de voir des canettes, des bouteilles, des sacs d'ordures, des appareils électroménager abandonnés ça et là dans la ville, notamment aux pieds des bacs à verre et dans les endroits discrets comme la zone maraichère ou les bords de la Rize. A chaque réunion de quartiers les habitants ne manquent pas de le signaler, pourtant nous avons le sentiment que les choses ne bougent pas, voire qu'elles empirent comme c'est le cas pour la place de l'église ou les consommateurs laissent derrière eux chaque soir les traces de leurs passages.

Certains habitants se permettent des fantaisies comme rénover un mur en laissant leurs gravats sur les parties communes, jeter dans la poubelle à ordures une boite de transmission de voiture, tout cela alors que la déchetterie se trouve à quelques centaines de mètres. Est-ce du découragement mais personne ne dit rien. Même les élus qui habitent à proximité ne sont plus choqués et ne font aucune démarche. Pourtant, avant d'anticiper la ville de 2030, celle d'aujourd'hui mérite notre attention car sans fondations solides il n’est pas possible de construire. Pourquoi les élus laissent-ils le cadre de vie et l’éducation citoyenne en marge de la politique vaudaise ? C’est bien l’image de la municipalité : pas d’adjoint chargé de l'environnement et aucune vraie action en faveur du développement durable. Vaulx-en-Velin mérite un autre regard.

La nuit tous les chats sont gris

Médiavaulx le 16 mai 2013.

Il va peut être falloir songer à équiper la déchetterie d’une caméra afin que cesse le triste spectacle qui s’offre aux yeux des Vaudais et non vaudais. N’oublions pas qu'elle se situe à proximité du stade municipal qui reçoit de nombreux visiteurs. Le personnel de la déchetterie doit déjà gérer la mission qui lui incombe, faire en sorte que les usagers déposent les déchets dans les bons containers et laissent le site propre ce qui n’est pas toujours chose aisée. Un peu partout dans notre ville on remarque la présence de petits dépotoirs notamment aux pieds des bennes à verre. Ce ne sont peut-être pas seulement des Vaudais qui en sont la cause et cela fait des années que cela dure, mais cela mérite une action de la part de nos élus car organiser une matinée de nettoyage de la Rize pour la semaine de la propreté c’est bien et nous encourageons le maximum de Vaudais à être présent ce jour là; cependant la propreté est un travail du quotidien et de prévention chaque jour plus nécessaire.

"C'est pas nous. C'est le Grand Lyon!"

Médiavaulx le 15 mai 2013.

Se réfugiant derrière le fait qu’éviter les traitements chimiques fait du bien à la planète, le Grand Lyon laisse pousser les mauvaises herbes sans se préoccuper que parfois les trottoirs sont utilisés par des usagers et que parfois ils ne sont plus praticables. Nos élus laissent faire, « ce n’est pas nous c’est le Grand Lyon » disent-ils. En attendant c’est nous, les habitants, qui sommes concernés. Heureusement que la piste cyclable est là…

Cela semble anodin, mais pourtant c’est important. Vous ne verrez pas cela dans les villes de l’ouest lyonnais.  D’autre part, la lutte contre l’ambroisie fait l’objet d’un plan d’éradication car cette plante nuit à la santé.  Mais en laissant les mauvaises herbes pousser, on se complet à sa prolifération. Cherchez l’erreur.

N'hésitez pas en en faire part à nos élus, la répétition ne nuit pas. Contactez le service concerné au 04 72 04 80 54 ou rappeler le problème lorsque l'occasion se présente à :

- Jacques FAYAT, Dixième adjoint, délégué au logement et à la vie quotidienne,

- Patrick MANDOLINO, Conseiller municipal délégué aux déplacements, à la voirie et aux espaces publics,

- Jacqueline FAKIRI, Conseillère municipale déléguée aux relations avec le Grand Lyon

L'image en entrée de ville: pas mal non?

Mediavaulx le samedi 11 mai 2013.

Vaulx-en-velin souffre d'une image négative dans l'agglomération. Les raisons en sont diverses et la vision que l'on donne en traversant la ville à travers le cadre de vie en est une. Par exemple, depuis plusieurs semaines une épave bien visible à tous se trouve à l'intérieur de l'aire d'accueil des gens du voyage bien que le fait ait été signalé.

Combien de temps va-t-elle rester malgré l'interpellation du service concerné ?

Ce n'est pas un cas isolé, à toutes les réunions de quartiers ou assemblées d'habitants les plaintes concernant ce sujet sont récurrentes mais ne semblent pas trouver une oreille attentive.  Le leitmotiv qui consiste à dire que ce n'est pas de notre ressort n'est pas une réponse en soit. Les élus suite au mandat que les Vaudais leur ont donné sont responsables de fait. D'ailleurs c'est un engagement de leur part visible dans les propositions faites aux Vaudais dans le cadre de la dernière campagne municipale.  

N'hésitez pas  en en faire part à nos élus, la répétition ne nuit pas. Contactez le service concerné au  04 72 04 80 54 ou rappeler leur le problème lorsque l'occasion se présente. 

- Jacques FAYAT, Dixième adjoint, délégué au logement et à la vie quotidienne,

- Patrick MANDOLINO Conseiller municipal délégué aux déplacements, à la voirie et aux espaces publics,

- Jacqueline FAKIRI Conseillère municipale déléguée aux relations avec le Grand Lyon sur la problématique de la propreté.