Groupement des jeunes créateurs

Share

Lundi 8 décembre 2014

Dans un article du progrès daté du 27 novembre 2014, il était question de l’abandon par la ville de sa participation au « Groupement des Jeunes Créateurs ». Une action mise en place par Saïd Yahiaoui professeur d’économie à Lyon 2 en 2006. C’est un dispositif de formation qui consiste à permettre à un public de jeunes en difficultés d’obtenir un véritable diplôme universitaire Ducase (Diplôme universitaire création d’activités création d’entreprise). Chaque année une vingtaine d’entre eux bénéficiaient d’une remise à niveau. Said Yahiaoui interprète cette décision comme un règlement de compte à son encontre et comme il est souligné dans l’article du progrès nous attendions lors du dernier conseil municipal une explication de la part d’Hélène Geoffroy qui s’était engagée à communiquer aux élus sur le sujet plutôt que par voix de presse. Cependant, lors du dit conseil, pas un mot sur le sujet, point qui n’a d’ailleurs pas été relancé par Saïd Yahiaoui présent ce soir la et pourtant principal intéressé. C’est bizarre qu’après une telle accusation l’explication soit tombée aux oubliettes, comme s’il y avait eu un consensus entre la maire et l’élu d’opposition.

Ce qui éveille notre curiosité, ce n’est point le regret d’une joute verbale, mais le fait que si la ville de Vaulx-en-Velin entend supprimer sa participation inscrite à charge de 12 000 (valorisation des agents du service économique et jeunesse qui travaillaient sur le dossier) Hélène Geoffroy et nos trois autres conseillers communautaires ont approuvé la délibération n° 2014-0275 du 15 septembre 2014 (cliquer ici).

Cela nécessite donc de réelles explications que n’ont pas demandé également les élus de l’exécutif présents lors du conseil municipal. En ce qui nous concerne, ce dispositif permet-il réellement de remettre les pieds à l’étrier de jeunes en difficulté en rapport avec les sommes investis ? Laissons les spécialistes de la question communiquer sur le sujet. Notre attention se porte sur la véritable valeur du diplôme qui n’est pas reconnu en tant que tel.

V. L