La lumière sera toujours un défi à l’obscurité

Share

Samedi 21 novembre 2015.

Nous souhaiterions avoir perdu la mémoire sur les événements du vendredi 13 novembre, voir être sortis d’un cauchemar,  mais la réalité est toujours bien présente et après une semaine de silence en signe de recueillement  à la mémoire des victimes des attentats sanglants, après une semaine à réfléchir sur ce que sera le monde de demain, celui que nous offrons à la « Next Génération » la démocratie doit continuer à vivre, c’est  le plus gros pied de nez que nous pouvons opposer à ceux qui prétendent sous le couverts de doctrines archaïques restreindre les libertés les plus élémentaires.

L’horreur n’est jamais aussi effrayante que lorsqu’on la vit. Peu ou prou notre sol a été jusqu'à présent épargné des actions terroristes bien que nous gardons en mémoire le souvenir de la vague d’attentats de 1995 commise du GIA (Groupe islamique armé).  https://fr.wikipedia.org/wiki/Khaled_Kelkal.

Il semble que cette fois nous sommes entrés dans une autre dimension et le présent se dessine avec l’omniprésence d’un risque qui jusqu'à présent nous était étranger. 

C’est un crève-cœur de voir des manifestations comme la fête de la lumière annulée.  Le même jour c’est la fête du cardon qui subit raisonnablement le même sort. Le sens des responsabilités impose des décisions parfois difficiles et couteuses à prendre, mais nécessaires au vu du risque potentiel. C’est le but recherché par les auteurs des attentats, instaurer un climat de terreur, mais lorsque le vent se lève, il ne faut pas s’empêcher de vivre. C’est la meilleure des réponses que nous pouvons apporter à ces personnes qui ont embrassé le côté obscur.  

Il nous parait également important de faire preuve de dignité.  Nos hommes politiques ont oublié,  après avoir chanté en cœur la Marseillaise qu’une certaine décence reste de mise dans de telles circonstances. Il y est nécessaire de faire preuve d’unité, c’est l’image de la France et la mémoire des victimes qui l’impose. Cependant ne pourra être exclu le temps du débat et de l’analyse. Un débat serein où seront abordés tous les points que notre société a occulté depuis des dizaines d’années, pour des raisons idéologiques, par manque de courage politique ou par la culture de la course à l’élection. Il n’y a jamais de hasard dans les faits et ce qui arrive aujourd’hui  à une partie de notre jeunesse en proie aux griffes  de laveurs de cerveaux n’est que la conséquence de décisions, d’actions inappropriées, de mauvais calculs ou de stratégies d’évitement.  Ce n’est pas faute d’avoir prévenu nos élus sur l’effritement du ciment qui fonde une nation. La gravité de la situation n’est plus à l’affrontement  de coqs de bassecours dans l’arène de l’assemblée. C’est aussi une occasion à saisir pour ceux qui mette en avant les préceptes d’une religion qui est en opposition totale avec l’image que souhaite en donner quelques tenants d’un islam radical. La lumière contre l'obscurité. 

V.L