Les états généraux du sport suite et fin

Share

Dimanche 7 décembre 2014

Lorsque l’on escalade une montagne le plus difficile n’est souvent pas l’ascension, mais la descente. En gros une soixante de personnes s’est retrouvée au cours des différentes soirées consacrées aux différents thèmes. Ce critère signifie-t-il que les états généraux ont été mobilisateurs. Comme d’habitude dans telles manifestations une grande partie de l’assistance est constituée d’aficionados et d’obligés ce qui en fausse l’interprétation. On ne peut pas dire que c’est par manque de moyens, car la communication n’a pas manqué. Il ne reste plus qu’à faire le bilan rapport qualité/prix de cette opération municipale qui à vu se succéder bon nombre d’intervenants extérieurs. Nous sommes plus circonspects devant un secrétaire d’État aux sports qui s’est émerveillé devant cette démarche qu’il a qualifiée « d’intelligente et innovante ». S’il avait pris la peine de faire simplement quelques recherches sur internet, il aurait appris que Vaulx-en-Velin n’a pas innové. Plusieurs villes (Niort, Reims …..) ont déjà fait des états généraux du sport. Sa présence lors de la mâtinée de clôture laisse le goût amer du service rendu à une camarade de parti. Quant à son intervention, elle ne fera pas date dans l’histoire. Pour son idée de mutualisation des équipements, si comme il est avancé dans Lyon capitale de ce mois, la métropolisation de l’agglomération serait suivie par des fusions de communes (Vaulx-en-Velin, Meyzieu, Décines, Bron) pour ce qui nous concerne, de fait une mutualisation des équipements se mettra en place. Quand à l'allusion au fait qu'un enfant doit savoir nager comme il sait lire et écrire serait-ce une allusion quand à un petit cadeau financier pour rénover nos équipement ou est 'il tombé sur le projet de piscine sans que personne ne lui dise qu'il était abandonné.

Maintenant le plus important est que faire avec les 25 pistes d’actions qui ont été retenues et qui seront sans doute le levier d’une action municipale qui s’apprête à révolutionner le sport sur la commune. Car c’est ce que nous avons retenu de cette volonté de tout bouleverser. Contrairement à l’hypothèse posée par Éric Zemour qui sous-entend qu’avant c’était mieux, à Vaulx-en-Velin ce n’était pas cela. Pourtant en consacrant le plus gros budget des villes de l’agglomération dans ce domaine nous aurions pensé que logiquement la dynamique était là. Attendons la suite du chantier qui risque quand même de slalomer entre insatisfaction de ceux qui voudraient plus et contraintes budgétaires pour répondre aux besoins en équipements. Pour les actions qui concernent plus spécialement l’encouragement à la pratique du sport pour différentes catégories de Vaudais, ce ne sont ni plus ni moins que celles mises en avant dans les autres villes. L’étude à travers l’expérience de ces dernières se devrait d’être facilitée. Maintenant que la graine est semée, attendons de voir ce qui va pousser et l’amour que va y consacrer le jardinier des sports. Sur le point du jardinier, il faut avouer que nous n’avons pas encore tout à fait compris qui tient réellement la bèche, de Pierre Dussurgey Premier adjoint délégué aux Finances et à la gestion des équipements sportifs, Ahmed Chekhab Septième adjoint délégué à la citoyenneté par le sport, la culture et la vie associative, ou Madame la maire elle-même déjà bien occupée par ses nombreux cumuls. Si c’est un partage de l’outil entre plusieurs personnes qui est effectif le risque de le perdre rapidement n’est pas négligeable.

V. L