Les Jardins de la Balme

Share

Dimanche 12 avril 2015

Depuis la semaine dernière, des parcelles de terrains sont proposés aux habitants du quartier de la balme situé avenue Garibaldi. Lors d’une visite d’habitants réalisés par Bernard Genin lorsqu’il était encore maire de Vaulx-en-Velin, ce dernier avait émis l’idée de la création de jardins d’habitants afin de générer du lien social. L’idée a germée et quelques années plus tard des lopins de terre d’une quarantaine de M2 ont commencés à êtres cultivés.

Pour ce faire, il a fallu apporter une réponse au principal problème. La pollution des sols. Ce secteur était autrefois industrialisé et les normes et précautions de l’époque n’étaient pas celles d’aujourd’hui. Des analyses ont été faites et pendant plusieurs semaines des travaux réalisés pour permettre de cultiver le sol. Pas moins de 120 000 euros ont été nécessaires au bailleur social pour finaliser ce projet. L’association « Les jardins de la Balme » est née pour permettre aux habitants de la Balme et des chalets qui le souhaitent, de profiter de cette occasion pour s’adonner aux joies du jardinage. La cotisation annuelle est de 50 euros la première année puis 30 euros les années suivantes. Un forage d’une profondeur d’une vingtaine de mètres assure l’alimentation en eau de chacune des parcelles.

Véritable vecteur de lien social, cette démarche prend tout son sens. Hormis le fait de répondre à l’envie d’avoir un petit coin de terre pour faire pousser des légumes, elle se fonde aussi sur des valeurs de solidarité, de convivialité de lien et aussi de partage intergénérationnel. Le jardinage s’apprend par l’échange avec des jardiniers plus expérimentés. Cela devient un équipement de quartier qui profite au plus grand nombre et pas seulement à ceux qui y jardinent. Plutôt que des lopins de terre individuels, le choix aurait pu être de gérer un espace ou l’on jardine en commun. Un lieu où l’on décide ensemble de ce qu’on va y faire pousser. Mais l’important c’est l’implication des citoyens dans le devenir de leur cadre de vie et l’envie de s’intégrer plus fortement pour la vie du quartier.

C.A