Hommage à Gilbert Dru

Share

Vendredi 17 avril 2015

Un square porte son nom. Laissé quelque peu à l’abandon, une initiative prise par le conseil de quartier du village a permis après quelques heures de travail collectif (habitants, élus, personnel municipal) de donner à cet espace un aspect plus convivial.

En premier lieu, il est toujours bon de faire un rappel historique. Les noms de rues, de places sortent parfois de nos mémoires et pourtant si l’on commémore le souvenir de grand évènement, il est bon aussi d’évoquer le souvenir de personnalités qui ont marqué par leurs actions une part de l’histoire de notre pays.

Gilbert Dru fut un résistant français et militant chrétien, né le 2 mars 1920 à Viols-le-Fort et mort à Lyon le 27 juillet 1944. Après son arrestation le 17 juillet 1944, il est exécuté par la Gestapo, place Bellecour à Lyon, le 27 juillet 1944, à l'âge de 23 ans, avec quatre autres résistants. En 1948, la sculpture du Veilleur de pierre, hommage à la Résistance intérieure française, est installée sur les lieux de son exécution à Lyon. Les noms des cinq exécutés du 27 juillet 1944 sont gravés sur le mur. La Fédération Rhône-Alpes de la LICRA a créé en 1981, à l'initiative de son président René Nodot, le prix Gilbert-Dru destiné à « récompenser des élèves d’un établissement scolaire du Rhône pour leur action concrète contre le racisme et l’antisémitisme. » A l’heure ou le racisme et l’antisémitisme semblent revenir au-devant de l’activité, cette attribution d’un prix purement Vaudais pourrait être une initiative prise par la municipalité dans le cadre de son plan de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations.  

Donc, ce mercredi pendant près de 2 heures, dans le cadre d’une action de « Faites la propreté » légèrement anticipée, une dizaine d’habitants aux côtés de jardiniers de la ville ont planté de nombreux végétaux (arbustes, fleurs, rampants, vivaces).

Préalablement une autre intervention avait consisté à nettoyer les murs et préparer le terrain pour les diverses plantations. Ce qui peut s’apparenter à une manifestation symbolique peut en finalité avoir du sens et contaminer une plus grande partie de la population Vaudaise sur l’envie de prendre part à l’embellissement de la ville. Il faut sans doute commencer à poser des petits cailloux pour montrer le chemin. Le rapprochement habitants-personnel municipal dégage aussi une perspective enrichissante dans le sens d’une meilleure reconnaissance du travail accompli. Incontestablement le village parait plus propre, il manque encore des plantations, car des massifs sont vides ou alors emplis de plantes sauvages genres pissenlits. Nous encourageons la conseillère municipale en charge de ce domaine à prendre son bâton de pèlerin et mener les actions qui s’imposent. Le même souffle doit maintenant émerger de tous les quartiers de la ville. La même envie, la même volonté doit naître de partout. Si nous nous montrons parfois critiques à bon escient, nous savons aussi reconnaitre l’implication des élus. Le meilleur moyen pour ne pas être taxé de parti pris c’est de constater les faits et sur le quartier village – Grappinière - Petit Pont il est clair que Stéphane Bertin occupe bien le terrain, normal pour un petit fils d’agriculteur. Matthieu Fischer se défend lui aussi pas mal….

 

V.L